L'héritage de la Commission canadienne des affaires polaires

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Savoir polaire Canada tire parti des mesures prises par le gouvernement fédéral concernant la nécessité d'une meilleure connaissance du Nord. Les études commandées par le gouvernement il y a près de 30 ans ont abouti à la création de la Commission canadienne des affaires polaires en 1991, afin de renforcer la capacité du Canada de répondre à ses besoins de connaissance des régions polaires. Parmi les enjeux reconnus à l’époque, mentionnons la pollution de l’air arctique, le changement climatique et les contaminants dans la chaîne alimentaire, enjeux qui sont encore d’autant plus d'actualité aujourd’hui. La stratégie actuelle pour le Nord du Canada continue porte encore sur ces questions, dans un contexte plus large.

La Commission canadienne des affaires polaires a servi les Canadiens par la surveillance, la promotion et la diffusion du savoir sur les régions polaires, contribuant à la sensibilisation du public à l’importance de la science polaire pour le Canada et en relevant le profil du Canada sur la scène internationale en tant que pays circumpolaire et, dans le cadre de son mandat, elle a formulé au gouvernement des recommandations en matière d’orientation de la politique sur la science polaire. Parmi ses réalisations remarquables, mentionnons la promotion de la coordination et de la collaboration internationales en matière de sciences polaires dans le cadre du Comité international sur la science arctique et le Comité international sur la recherche arctique; ajoutons à cela son apport aux efforts couronnés de succès afin d’inclure la dimension humaine de la science polaire en tant que thème de l’Année polaire internationale 2007-2008, son évaluation, en 2008, de l’infrastructure de recherche nordique (Phares du Nord) qui n’a pas été étranger à la décision prise finalement par Affaires autochtones et Développement des ressources du Nord Canada de soutenir la rénovation et la modernisation de nombre de ses installations (Fonds pour l’infrastructure de recherche arctique) et ses rapports sur l’État du savoir nordique (2014) et l’État de la surveillance environnementale dans le Nord du Canada (2015). Savoir polaire Canada tirera parti, pour le mener plus loin, l’héritage de la Commission canadienne des affaires polaires sur l’engagement, la coordination et la mobilisation en matière de savoir polaire.